Les Contes d'Hoffmann

Date : 21 juillet 2018 à 21:00

Lieu : Lac de La Magdeleine – Gujan-Mestras

Tarif :

Spectacle lyrique de Jacques Offenbach (1819-1880)
D’après le livret de Jules Barbier et Michel Carré
Adaptation, Philippe Mestres

Ce spectacle lyrique présente, dans une version adaptée, l’opéra « Les contes d’Hoffmann ».
Jacques Offenbach, sur la fin de sa vie, lassé d’être méprisé comme compositeur d’opérettes, décide d’écrire un grand Opéra, fantastique et romantique.
Dans une taverne, il entrevoit son oeuvre autour d’un jeune héros sensible, fragile et naïf, un poète, dont les rêves d’amours se brisent un à un…
Puisée dans les « Contes » du poète et écrivain allemand du 19ème siècle E.T.A. Hoffmann, l’histoire raconte trois époques de la vie sentimentale de ce poète, tout à la fois auteur, narrateur et acteur ; trois épisodes d’amours diaboliquement malheureuses avec trois femmes : Olympia, l’automate pris pour une vraie femme ; Antonia, cantatrice foudroyée par hypnose et Giulietta, manipulée pour lui voler son reflet. Trois images d’une même femme Stella, une chanteuse lyrique dont il est éperdument épris.
Trois actes d’étrangeté et de fantastique où s’invitent des personnages aux visages plus machiavéliques les uns que les autres qui ne cesseront de tourmenter ce pauvre poète : le conseiller Lindorf, le camelot Coppélius, le charlatan maléfique Docteur Miracle et jusqu’à Venise, le magicien Dapertutto.
Désespéré, Hoffmann retrouvera ses premières amours : L’Art et la Poésie…

Avec un récitant, six artistes lyriques de tout premier plan, le Choeur du Festival Lyrique de Marmande, une mise en espace de Blandine de Saint-Sauveur et l’Orchestre des Symphonistes d’Aquitaine sous la direction musicale de Philippe Mestres.

Paul Reulet, récitant, dans le rôle d’Offenbach
Charlotte Despaux, soprano : Olympia – Antonia – Giulietta
Jean-Noël Briend, ténor : Hoffmann
Alicia Haté, mezzo-soprano : Nicklausse/ la Muse
Julien Véronèse, baryton : Lindorf – Coppélius – Dr. Miracle – Dapertutto
Christophe Belliveau, ténor : Nathanaël – Spalanzani
Gilen Goicoechea, baryton : Crespel – Schlemil

L’histoire
Prologue – Acte 1
Dans une taverne d’étudiants, règne une ambiance exaltée où les convives, enivrés par l’alcool entonnent des chants festifs.
Le conseiller Lindorf cherche son rival amoureux : le poète Hoffmann. Ce dernier, accompagné de son fidèle ami Nicklausse arrive pour noyer ses chagrins d’amour. Ivre, il commence à chanter la légende de Kleinzack avant de sombrer dans le récit de ses amours malheureuses avec trois maîtresses, trois images de la Stella, chanteuse lyrique dont il est éperdument épris …
Acte II – OLYMPIA
La première est Olympia, « fille » du physicien Spalanzani que le maléfique Coppélius conseille perfidement de marier au plus vite… Hoffmann tombe amoureux et déclare sa flamme.
Mais, au cours d’une soirée, tout s’écroule. Olympia, malgré sa beauté, s’avère n’être qu’un automate…
Acte IIIANTONIA
La deuxième est Antonia, fille de Maître Crespel. Cette douce jeune fille souffre d’une maladie qui la met en danger lorsqu’elle chante. Hoffmann éperdument amoureux, lui demande de renoncer au chant. Mais l’inquiétant Docteur Miracle, décide de la soigner en continuant à chanter. Pour la convaincre, il n’hésite pas à convoquer le spectre de la mère d’Antonia, elle -même chanteuse, autrefois… Antonia est foudroyée et Hoffmann effondré.
Acte IV – GIULIETTA
La troisième est la courtisane Giulietta. Sous l’emprise du magicien Dapertutto, elle séduit Hoffmann pour lui voler son reflet, son âme, quitte à attiser la jalousie de Schlemil, son précédent amant… Hoffmann tombe dans ce funeste piège.
EPILOGUE – Acte V
Hoffmann vient d’achever ses trois récits, très affecté. Il s’interroge sur le sens de la vie. Que lui reste-t-il ? Que peut-il espérer ? La muse de la poésie, qui n’est autre que son ami Nicklausse, s’adresse alors à lui et le rappelle à son devoir d’artiste, pour s’élever au-dessus des turpitudes humaines.